Joëlle Iffrig

Joëlle Iffrig, danseuse et chorégraphe

Après avoir suivi sa formation au Conservatoire national de Strasbourg, elle danse dès 1984 pour plusieurs compagnies de jazz et de danse contemporaine.

En 1992, elle participe aux cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux Olympiques d’Albertville, mises en scène par Philippe Découflé.

Depuis 1994, elle est l’une des interprètes majeures des chorégraphes José Montalvo et Dominique Hervieu et danse dans leurs principales créations : Double Trouble,  Hollaka-Hollala,  La mitrailleuse en état de grâce,  La Gloire de Jérôme A, Paradis,  Un Nioc de Paradis, Variation au Paradis, Les Paladins,  La Bossa Fataka de Rameau,  Lalala Gershwin, Asa Nisi Masa….

Parallèlement, elle est interprète pour la Cie la calebasse de Merlin Nyakam dans sa pièce Liberté d’expression.

En 2012, elle rejoint la Cie 6° Dimension pour sa création Satisfaite.

En 2014, elle crée avec Oumarou Bambara, Un jour, un conte.

Elle participe régulièrement à des performances et improvisations avec plusieurs groupes.

Elle est également assistante  répétitrice pour la Compagnie Montalvo-Hervieu notamment sur On danfe, Good Morning Mr. Gershwin et Orphée.

EN 2010, elle intervient comme regard extérieur pour la pièce Je me sens bien de la Cie 6° Dimension.

En 2013, elle est assistante de José Montalvo pour Don Quichotte du Trocadéro, Y Olé, Shigané Naï.

Par ailleurs, elle collabore avec des metteurs en scène pour des pièces de théâtre : Marc Paquien pour le Baladin du monde occidental et la Compagnie Porte-Lune pour Les 5 Robes de Luisa.

Parallèlement, elle rencontre Carolyn Carlson, Y. Amagatsu, L. Newson qui influeront sur son travail. 

Elle donne de nombreux workshops en France et à l’international et participe à de multiples projets pédagogiques.

Elle collabore sur le plan pédagogique avec le Théâtre National de Chaillot et Magali Marchal afin de sensibiliser artistes amateurs et professionnels à la liberté de mouvement et d’expression.

 


Oumarou Bambara, dit Mandela

Oumarou Bambara, musicien burkinabé
photo : Julien Daniel / MYOP

 

Originaire de Bobo-Dioulasso, au Burkina Faso, il grandit dans le fameux quartier des musiciens, appelé « Bolomakoté ». Dès l’âge de 7 ans, il fait son apprentissage auprès des plus grands balafonistes, comme Mahama Konaté, le fondateur du groupe mythique FARAFINA, mondialement reconnu. Parallèlement, il se forme avec Soungalo Traoré et le percussioniste Paco Yé.

Sa curiosité et son désir de créativité le mène à se former également à d’autres instruments. Il devient spécialiste du Bara, Doumdoum, Kamalén'goni, Tama, Djembé et Balafon.

Très vite remarqué il intègre le groupe FARAFINA et la troupe internationale théâtrale du Burkina. Il fonde les  Farafina Juniors ,  Sababougnouma  et  Le Ballet Koba  avec lesquels il tournera en Europe.

Installé en France depuis 1998, il travaille avec les compagnies  Transe Express, Les Grandes Personnes, Royal Deluxe, Georges Momboye  et Hassan Kouyate.

Il fonde parallèlement le groupe Kankélé avec Cédric YENK.

Artiste au sens propre du terme, il se distingue par sa polyvalence et ses qualités musicales.

Depuis 2000, il joue avec Balima, Saf Percussions, Peaux d’Âmes, Abdoulaye Diabaté, Jafricazz, Jean-Philippe Rikyel, Mamady Keïta et Amadou & Mariam.

Il collabore en tant que compositeur et interprète avec les compagnies de danse  La Calebasse  de Merlin Nyakam , la Cie  Salia Ni Seydou  et le CCN de Lorraine, Ballet de Lorraine dirigé par Didier Deschamps.

On le retrouve avec Kery James (hip hop) lors de la cérémonie du  Juste Debout  2013. 

Depuis 2014, il rejoint les Imperial Pulsar, crée avec Joëlle Iffrig Un jour, un conte, crée Balanyama, une formation déambulatoire pour cinq balafons et collabore sur de nombreux projets avec Seydou Boro.

 

http://oumarou-bambara.weebly.com/